peintres-officiels-de-la-marine.com
galerie peintres de Brest.vitrine-quillivic.JPG
e-mail :  librairie.maritime@gmail.com
                                                                 présentent:
                                                                                                                       . QUILLivic     René.
                                                       attention :    ne pas le confondre avec
René Quillivic fils, né le 30 avril 1925 à Carpentrasgraveur

 
Né en 1879 à Plouhinec mort en 1969 à Paris.         nommé peintre officiel de la marine en  1924.
  Peintre de paysages( surtout bretons) il est aussi sculpteur  il représente les côtes bretonnes.quillivic-photographie.jpg       quillivic-photo_.jpg
René Quillivic a consacré son oeuvre à célébrer la Bretagne et ses traditions.
 Né à Plouhinec, dans le Finistère, d’un père pêcheur paysan, il commence sa formation dans l’atelier de menuiserie du village.
 Grâce à une bourse, il gagne Paris et se forme auprès d’Antonin Mercié à l’École nationale des beaux-arts.
Rapidement, il expose au Salon des artistes français, où il reçoit en 1907 une médaille d’or pour le Groupe des sonneurs bretons.
Ses premières oeuvres, peintures, dessins et sculptures, présentées à la galerie Bernheim Jeune en 1909, sont attachées aux figures de jeunes de sa région et aux personnages de son enfance                                                                             .signature-quillivic.jpg
 Le sculpteur prend souvent pour modèle les membres de sa famille, sa mère ou sa soeur.
Après la Première Guerre mondiale, Quillivic exécute en Bretagne de nombreuses figures pour les monuments aux morts, dont ceux de Plouhinec, de Saint-Pol-de-Léon et de Pont-l’Abbé. Son matériau de prédilection reste le granit local, baptisé kersantite, mais il travaille aussi le bois et la terre pour des oeuvres qui sont ensuite fondues en bronze ou transposées en faïence de Quimper et en porcelaine de Sèvres. Cette dernière manufacture a présenté deux grès de Quillivic à l’occasion de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925.  quillivic--photo.jpg


René Quillivic est issu d'une modeste famille de Plouhinec. Dans sa jeunesse, parlant breton, il ignorait la langue française.

Il se prépare à exercer le métier de menuisier-charpentier et fait le tour de France des Compagnons du Devoir pendant lequel il apprend la langue française, apprenant ensuite l'alphabet pendant son service militaire

. Ayant bénéficié d'une bourse du conseil général du Finistère, il s'oriente vers la sculpture et part se former à l'École des beaux-arts de Paris.

 Il travaille en 1905 dans l'atelier d'Antonin Mercié. Il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts, au Salon des indépendants et au Salon des artistes français.

En 1907, il remporte la médaille d'or du Salon des beaux-arts avec son Groupe des Sonneurs bretons

 L'année suivante, sa Brodeuse de Pont-l'Abbé lui permet d'obtenir une bourse pour voyager en Afrique du Nord et en Italie.

 Dès avant 1920, il rejoint la Société de la gravure sur bois originale

Il est le père de René Quillivic, graveur de timbres poste, et beau-père de Claudine Béréchel, médailleuse.
Son atelier est situé au no 73 boulevard de Montmorency à Paris,

René Quillivic meurt à Paris le .

René Quillivic (1879-1969), ce nom évoque surtout les monuments aux morts qui se sont dressés un peu partout en Bretagne.
 Les éditions Coop Breizh, avec leur belle collection de livre consacrée aux artistes, offre un portrait plus complet de cet artiste méconnu, avec un texte d'Olivier Levasseur,
docteur en histoire et membre du centre de recherche bretonne et celtique à Rennes
René Quillivic a d'abord eu des velléités de peintre après avoir été compagnon du tour de France comme menuisier. « Cela m'empoigne en 1903, comme une fièvre, et cela ne me lâchera plus, je suis pris. »
Ce natif de Plouhinec s'installe à Paris, il fait l'école Boulle et se dirige en fait vers la sculpture par hasard.
Tout en poursuivant des études, il travaille comme menuisier, puis il va recevoir des aides financières dont une bourse grâce à Georges Le Bail, député radical-socialiste du Finistère, ainsi que d'Albert Louppe, conseiller général du Finistère.
Le décalage culturel avec ses compagnons le freine dans les concours, pourtant il redouble d'efforts. Il veut être sculpteur et peintre.
Sa carrière oscillera entre ces deux pôles, mais aussi la céramique, la gravure.
 Dès 1910, il a un certain succès. Ses jolies têtes de Bigoudènes émergent littéralement de blocs de pierre, et se rapprochent parfois du travail de Rodin.
Il deviendra plus classique ensuite, mais on est surpris de trouver dans son oeuvre des nus audacieux comme Le mystère ancestral, une Bretonne nue, assise en tailleur... avec la coiffe bigoudène !




Quelques oeuvres de rené Quillivic vendues ces dernières années.


quillivic-rene
quillivic_rene.jpg

Son inspiration est issue principalement de sa Bretagne natale où il obtient de nombreuses commandes de statues (Groupe des Sonneurs de  iniou au centre de Plozévet), sculptées souvent en kersantite. Il sculpte les quatre statues de jeunes paysans et paysannes (deux couples, l'un de Léonards et l'autre de Cornouaillais) qui ornent les deux extrémités du pont Albert-Louppe entre Brest et Plougastel-Daoulas. Quant à la statue de La Bigoudène qui marque la limite entre le Pays Bigouden et le cap Sizun et qui a été inaugurée en 1961,
son modèle, selon la tradition locale aurait été la cousine de l'écrivain Pierre-Jakez Hélias, employée de la famille de Georges et Albert Le Bail, anciens députés-maires de Plozévet.
Il recevra commande de la ville de Saint-Malo d'un Monument à la mémoire du commandant Charcot qui sera inauguré sur le quai Sébastopol.
Son œuvre sculpté s'inspire des motifs bigoudens et celtiques. Il a utilisé les granits bretons, le plus souvent la kersantite. Sans faire partie du mouvement des Seiz Breur, il renouvelle les thèmes traditionnels, en particulier quand il travaille, à la demande de ules Verlingue, pour la faïencerie HB à Quimper. Parmi ses œuvres, La Cueilleuse de fraises (jeune fille de Plougastel).

Les monuments aux morts.

Il a aussi sculpté de nombreux monuments aux morts,

Quelques mois après le traumatisme de la Grande Guerre, les places des 36 000 communes de France se drapent de monuments aux morts glorifiant le sacrifice des Poilus. En Bretagne, certaines œuvres, signées René Quillivic (1879-1969),dénotent par leur dénonciation de la guerre, en rendant hommage à la souffrancequilivic-s-statut.jpg


.Son premier monument aux morts est antérieur à la Première Guerre mondiale puisqu'il date de 1913 (Monument commémoratif aux marins bretons victimes de l'explosion du cuirassé “Liberté” à Toulon). Après la première guerre mondiale, c'est la municipalité de Saint-Pol-de-Léon qui lui commanda son premier monument aux morts.quillivic-monument-1.jpg

L'après-guerre est une opportunité de pouvoir exercer son art dans la confection de nombreux monuments aux morts, dont certains d'inspiration pacifiste, principalement dans son département du Finistère (Carhaix, Coray, Fouesnant,quillivic-banalec.jpg    quivillic-monuments-2.jpgPlouhinec, Plouyé, Plozévetquivillic-monument-3.jpg, Pont-Croix, quillivic-monuments-4.jpgSaint-Pol-de-Léon,quillivic-monument-6.jpg mais aussiquillivic-monument-7.jpg dans les Côtes d'Armor quillivic-monument-8.jpgcomme à Loudéac).quillivic-saint-mathieu.jpg
C'est sa propre mère, portant la coiffe du Cap Sizun, qui figure, sculptée dans le granit, appuyée à la stèle du monument aux morts de sa commune natale à Plouhinec. Le buste en bronze de sa mère est également exposé non loin de là, au pignon de sa maison natale. Elle lui a souvent servi de modèle. On l'a surnommé « l'imagier des morts de Bretagne ».
En 1927, la Chambre des députés lui commande le Monument de la douleur bretonne érigé à la Pointe Saint-Mathieu, amer de quinze mètres de haut surplombé d'un buste de femme dévorée par le chagrin, taillée dans un seul bloc de granit d'au moins dix tonnes, dont les longues mains se tordent, crispées d'angoisse.
quillivic-livre.jpg
René Quillivic, un artiste breton 1879-1969    de   chez    Coop Breizhquillivic-exposition.jpg


                                                Liens internet.
  QUILLIVIC René sur facebook.
http://www.facebook.com/media/set/?set=a.421321431223760.91448.205109899511582&type=3
quillivic-monument.jpg

quillivic-google.jpg
quilivic-wikipedia.jpghttps://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Quillivic_(sculpteur)
quillivic-lien-2.jpghttp://www.bretagneancienne.com/createurs/peintre-et-ceramiste/rene-quillivic
lquillivic-lien-4.jpghttp://www.artnet.fr/artistes/ren%C3%A9-quillivic/le-raz-Ufbm9WBnWQVQdl-ZNaq4XQ2
quillivic-plat.jpghttp://www.collections.musee-bretagne.fr/resultat.php?index[]=repr&value[]=%22Quillivic+Ren%C3%A9%22&nr=1&bool[]=
quillivic-grande-guerre.jpghttp://87dit.canalblog.com/archives/2018/05/18/36409829.html
Quivillic sur le Blog      https://antiquairemarine.blogspot.com/2013/06/rene-quillivic-peintre-officiel-de-la.html



Oeuvres vues sur internet..des précisions ?  cliquez sur l'image ! .
quillivic1.jpg
quivillic2.jpg
quillivic-3.jpg
quillivic-4.jpg

  quillivic-st-tropez.jpg    
remorqueur.jpg
port-rhu-quillivic.jpg








.