peintres-officiels-de-la-marine.com           présente
                                                                                    DELPECH Jean-pierre Henri.

Jean Delpech, né à Hanoï (ex-Tonkin) le et mort à Sens (Yonne) en 1988, est un graveur, peintre, médailleur, dessinateur de timbre poste et illustrateur français.
né à Hanoi  en 1916 et mort  en 1988 à Lorient   Nommé peintre officiel de la marine en 1956.delpech-photo.jpg    delpech-photo-.jpg    delpech-photos.jpg
Il est peintre et graveur et on le connait surtout pour ses timbres poste! en fait c'est surtout un graveur( il a été prix de Rome de gravure). Jean Delpech vit jusqu’en 1935 en Indochine, où son père est architecte. Il fait ses études de 1926 à 1934 au lycée Albert-Sarraut de Hanoï (ex-Tonkin), où il est un condisciple de Võ Nguyên Giáp et de Phạm Văn Đồng dont il illustre les poèmes. Après le baccalauréat, il intègre l’[[École des beaux-arts du Viêt Nam|école des beaux-arts de Hanoï]], où il étudie la laque et suit les cours du peintre Joseph Inguimberty. Delpech restera durablement marqué par le pays de son enfance et de sa jeunesse, à tel point qu’il se déclarait « étranger » en France. Son regard de peintre doit beaucoup à ces années indochinoises.Installé à Paris, il s’inscrit à l’École des beaux-arts. Il expose au Salon des artistes français dès 1938 et au Salon des indépendants à partir de 1946. Il obtient le premier grand prix de Rome en gravure en taille-douce en 1948 : il s’ensuit un séjour de quatre années fructueuses en Italie. Il enseigne par la suite le dessin, la peinture et la gravure, entre autres dans un atelier de la ville de Paris (cours du soir) et à l’École polytechnique.Jean Delpech formera beaucoup de jeunes graveurs dont beaucoup sont, depuis, parvenus à la notoriété, comme Philippe Mohlitz, François Houtin, Éric Desmazières ou Fernand Teyssier. Il répond également à diverses commandes : création de timbres-poste, principalement pour la France de 1980 à sa mort, illustrations pour des livres et des magazines, décors de théâtre (pour Dullin), médailles, fresques et vitraux.Jean Delpech poursuit en parallèle un œuvre personnel varié, alliant l’observation documentaire très précise et la fantaisie la plus débridée : ses compositions s’inspirent de la mythologie comme de la science-fiction.De 1944 à 2004, son œuvre fait l'objet de nombreuses expositions, individuelles ou collectives.Les dernières années avant de quitter l'Indochine, Jean Delpech fait une série de croquis sur le vif et de dessins, qui, sans être caractéristiques du style qu'il développera plus tard, montrent son don d'observation et son intérêt pour la vie quotidienne populaire (scènes de rues), le travail humain sur l'eau, aux champs, dans les échoppes, les navires en tous genres : on reconnaît là ses thèmes de prédilection. Ce sont de précieux documents sur cette époque, au graphisme sûr, précis et schématique, un témoignage plein de vie.Les 62 dessins de la série Italie ont été réalisés pendant le séjour à Rome. De grandes compositions synthétiques contiennent une foule de détails notés ici et là puis rassemblés selon sa fantaisie ou ses intentions symboliques. La technique de ces dessins se rapproche du montage cinématographique ou du collage et montre son intérêt pour l'architecture comme pour les paysages, la vie quotidienne, la mode, la publicité. On y trouve à la fois son interprétation personnelle et un témoignage sur l’époque.Une série sur la vie populaire (scènes de rue) des Années cinquante en France suit la série Italie.Dans la veine documentaire, on compte plusieurs séries de dessins et de peintures de paysages, végétaux, insecteses sujets dans une dimension féerique.

Illustrateur, dessinateur, peintre, graveur sur bois ou sur cuivre, Jean Delpech (1916-1988) est l’auteur de nombreux timbres-poste pour la France et ses territoires, TAAF et Saint-Pierre et Miquelon.
Monika Nowacka relève que « son style unique tient de l’image d’Epinal », où « chacune de ses créations, philatélique ou pas, se lit comme une histoire complète, une sorte de BD où fourmillent de nombreux détails ».

Né à Hanoï (Tonkin, ou Vietnam), Delpech se souvenait avoir rencontré dans sa jeunesse un certain Giap, le futur général et homme politique vietnamien, qui fréquentait sa famille.

Delpech rentre en France en 1935, étudie aux Beaux-arts, rencontre Decaris, Daragnès, fréquente Picasso, enchaîne avec un premier Grand prix de gravure en taille-douce en 1948, enseigne le dessin et la gravure aux Beaux-arts de Rennes puis aux cours du soir des Ateliers de la ville de Paris et à Polytechnique (entre 1974 et 1983). Peintre de l’Air, de la Marine, de l’Armée, il dessine tout le temps, devient aussi médaillier pour la Monnaie de Paris… et grave ses premiers timbres pour le Gabon.Mais il doit attendre 1969 « pour qu’un timbre soit émis d’après ses maquettes (Bateaux anciens ayant assuré les liaisons maritimes entre Saint-Pierre-et-Miquelon et la France, pour Saint-Pierre-et-Miquelon) »… et 1980 pour concevoir sa première figurine pour la France (Les Géants du Nord).

Delpech illustra des ouvrages de bibliophilie, comme le rappelle Aude de Kerros dans La Gravure sur bois, une revue publiée par l’association Jean Chièze (pour l’encouragement à la gravure sur bois) technique dont il maîtrisait la subtilité : « Goethe, Mérimé, Montesquieu ; Les Conquérants, d’André Malraux, sont notamment historiés de bois gravés ». Aude de Kerros en profite pour rappeler « la partie la plus impressionnante de son œuvre, celle du graveur d’Histoire. Elle prend sa source dans son travail de correspondant de guerre, mais on retrouve cette veine tout le long de sa vie », avant de décrypter une de ses œuvres, L’Allemagne assiégée invente la guerre totale, une gravure au burin décortiquée pour l’occasion…

L’article de Timbres magazine est illustré de nombreuses maquettes, de lettres de l’artiste remplies de consignes, de croquis préparatoires. Monika Nowacka ne peut manquer de rappeler le succès du Thermalisme rouge, une « variété » vedette de la philatélie hexagonale, un timbre créé par Jean Delpech., édité l’année de sa disparition, en 1988.

Restons dans le thème maritime qui fascinait tant Jean Delpech, en particulier le mythe de l’Atlantide, avec une thématique sur le Lusitania, torpillé le 7 mai 1915 au large de l’Irlande par un sous-marin allemand, il y a donc cent ans, et dont de nombreux timbres rappellent le souvenir, en Grande-Bretagne, aux Maldives, en Irlande, à Man, etc. L’auteur, Guy Coutant, exhumant même une lettre et une carte postale d’époque, transportées par le bâtiment en 1911 et en 1909.

     Delpech  graveur de Timbres PTT.
delpech-timbres
    delpech illustrateur
delpech12.jpg         art-delpech-jean.jpg
                                 Delpech graveur.  de médailles
                                                 depech-graveur.jpg                    salon-delpech.jpg  salon de la marine 1988. et1980  Delpech-jean-expo.jpg                                                         


                  Quelques oeuvres vendues ces dernières années.

delpech.jpg
delpech-caravelle.jpg
  delpech-clown.jpg            
delpech-.jpg
delpech-_.jpg
delpech-modela.jpg
delpech--.jpg
delpech-seine.jpg
delpech-exposition.jpg
depech---.jpg




                          .  Liens internet.
Delpech henri sur facebook. http://www.facebook.com/media/set/?set=a.443391439016759.95746.205109899511582&type=3
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Delpech
https://sabix.revues.org/950#tocto1n11
sur le blog;https://antiquairemarine.blogspot.com/2015/07/delpech-jean-pierre-henri-peintre.html
delpech-lien.jpg
delpech-jean.jpg
http://www.jean-delpech.net/delpech-lien2.jpg
delpech--lien.jpg
delpech-timbres-.jpg
Quelsques oeuvres vues sur internet  cliquez siur l"image pour des précisions.
delpech1.jpg
delpech2.jpg
delpech3.jpg
delpech4.jpg

delpech5.jpg
delpech15.jpg
delpech7.jpg
delpech8.jpg
delpech9.jpg
delpech14
delpech11.jpg
delpech13.jpg




delpech-google.jpg