peintres-officiels-de-la../index.html-marine vous présente;


                                                                                                     CAHOURS Henry Maurice
.
 
né en 1889    mort en 1954                                                                            .a été nommé peintre officiel de la marine en 1942 .
C'est un peintre de paysages bretons. nombreuses aquarelles d          e .  c' est un peintre " parisien" des côtes bretonnes.

Peintre français né en 1889 à Paris, décédé à Cagnes-sur-Mer en 1974 (85 ans)
.Henry Maurice Cahours  fréquentait les Beaux-Arts d’Amiens, en même temps que le lycée.
il termina ses études à Lille

Arrivé à Montmartre en 1911, il y a habité jusqu’en 1965, date à laquelle il s’est retiré dans le midi.
.Arrivé sur la Butte en 1911, il a habité la Maison de Mimi Pinson (auj. emplacement du château d’eau, rue du Mont Cenis), et se consacra désormais à la peinture.
 Il fréquentait le microcosme montmartrois et était ami avec Marcel Aymé qui lui a écrit un beau texte mettant à l’honneur ses œuvres
Peintre dans la lignée de Marquet, en plus des rues Montmartre qu’il aimait représenter, il s’était consacré aux marines bretonnes ;bretagne-cahours-henry.jpg
 il avait acheté, vers 1955, une maison aux Petites Dalles, en Normandie, là où Monet avait séjourné en 1880
.En 1976, le Musée Château de l’Emperi à Salon-de-Provence lui a consacré une rétrospective, puis le Musée de Montmartre l’a mis à l’honneur lors d’une exposition personnelle en 1987.

 ., il servit au 8e Chasseurs à pied (126e R.I.)
.
Et en 1916, Cahours se maria, par procuration, avec Hélène, fille du sculpteur Frédéric Debon.
 Après la guerre, le couple s’installa rue Berthe, dans le studio de Pissarro, et fit alors connaissance avec tous les peintres de la Butte ;
 c’était aussi l’année du début de ses séjours à Douarnenez.
Cahours participa au Salon des Artistes Français en 1920, deux ans plus tard aux Indépendants, il continua ses envois jusqu’en 1942.La galerie Terrisse lui organisa une exposition en 1923, ainsi que la galerie Georges Petit, dirigée par André Schœller, en 1930 et 1931. Il exposa dans de nombreuses villes de province jusqu’en 1942, année du décès de sa femme, il cessa alors de montrer ses œuvres pendant plusieurs années.
Il était cependant présent à l’exposition itinérante “Montmartre en Alger”, en 1948, organisée par Madeleine Horst, avec les peintres, anciens et récents, de la Butte, qui se renouvela en 1951, sous le titre “Montmartre de jadis à aujourd’hui”.On le trouvait au 19, rue Gabrielle, au moins jusqu’en 1939, dans un grand atelier.

 Dans les années 20, Maurice Cahours fut nommé directeur des Beaux-Arts de la Commune Libre du Vieux-Montmartre.
A ce titre, il a été associé à la création de la cité dite “Montmartre aux Artistes”, au 189 de la rue Ordener. Le succès venu, il s’installa dans la maison-atelier du 2bis, rue Cortot ; cette adresse figure dans le catalogue du Salon des Indépendants, où il exposa, en 1928, deux œuvres “les Brûleurs de goémon (Notre-Dame de la Joie)”, et “Bénédiction de la mer à Douarnenez”, ainsi que dans celui du Salon des Artistes Français en 1930, où il présenta deux vues de Pouldavid.
 Peintre dans la lignée de Marquet, il s’était consacré aux marines bretonnes port-cahours.jpg; il avait acheté, vers 1955, une maison aux Petites Dalles, en Normandie, là où Monet avait séjourné en 1880.
Il a peint aussi les vieilles rues de Montmartre.Le père Cahours, grand, légèrement courbé, la casquette de marin vissée sur une tête aux traits anguleux, et l’œil malicieux, aimait appeler l’ami de rencontre “mon fils'
.C’était une des figures marquantes du Montmartre de l’après-guerre, ami de Labric, de Clochette, de Pomme, habitué de chez Barbe, copain de Derain, de d’Esparbès, de Favrel et de tous les personnages hors série que Montmartre semblait attirer dans les années 50
.
Le 13 décembre 1965, il s’était remarié avec Albertine Perrier (née le 4 avril 1926, décédée le 10 juin 1994), qu’il avait connu au “Grenier”, chez Fred Bretonnière ; elle se faisait appeler Catherine ; celle-ci afin de préserver une santé mise à mal dans les caboulots de la Butte, le poussa à se retirer dans le Midi.
 Il transforma l’ancienne prison de l’Evêché de Vence, construite au XVe siècle, en atelier, où il continua à peindre, dans la même tonalité, des marines de Bretagne

.
Chaque année, en septembre, de retour de Normandie, il faisait halte sur la Butte pour vendre aux amis et aux marchands, les marines peintes sur les rivages de l’Atlantique et de la Manche.


 Il s’éteignit à Vence en fin 1974, à l’âge de 85 ans,



En fin d’année 1976, le Musée château de l’Emperi à Salon-de-Provence a présenté une rétrospective, avec un livre, texte d’Angelo Mistrangelo, grâce au marchand turinois Pirra, qui l’avait pris en contrat en 1972 ; celui-ci a édité trois livres sur le peintre, et organisé au Musée de Montmartre une rétrospective (1987), Parisot étant commissaire.Cahours a gravé à l’eau-forte 16 planches, réunies en un portofolio, sous le titre de Breiz-Izel (Basse Bretagne), pour lequel Marcel Aymé écrivit un texte qui se termine par “L’auteur a su mettre dans ses eaux-fortes l’amour et la sensibilité qu’on trouve déjà dans ses toiles, avec tout ce que la gravure permet à un artiste authentique d’apporter de délicatesse et de fini”.Dans une préface consacrée au peintre, Marcel Aymé écrivait “La seule tradition montmartroise dont puissent se réclamer ces peintres, il faut la rechercher dans un climat particulier de camaraderie et de vacherie, très authentique, lesquelles appartiennent à l’histoire des cafés de la Butte”.

Adresses à Montmartre   : Maison de Mimi-Pinson 18, rue du Mont Cenis - rue Berthe - 2, rue Cortot - rue Caulaincourt - 19, rue Gabrielle.© Éditions André Roussard
il fréquente l’école des Beaux-Arts d’Amiens, ville où il a passé son enfance. Installée sur la Butte Montmartre depuis 1911, Maurice Cahours commence à fréquenter le port de Douarnenez après la guerre 1914 – 1918. Il expose régulièrement dans les salons parisiens : Artistes Français, Indépendants des vues inspirées de Douarnenez et de Notre Dame de la Joie. En 1928, il est récompensé par une médaille d’or au salon des Artistes Français, pour son tableau Douarnenez. En 1942, il est nommé Peintre officiel de la Marine. Il peint aussi aux Petites Dalles en Normandie, où il achète une maison vers 1955. En 1960, il se retire à Vence.

                                                                                          Quelques oeuvres vendues ces dernières années..
cahours-h.jpg
cahours-2.jpg
cahours-3.jpg
cahours-4.jpg
cahours-5.jpg
cahours-6.jpg
cahours-7.jpg
douarnenez.jpgEstimation : 400 - 600 €
Henry CAHOURS (1889-1974):
Le port de Douarnenez.
 Huile sur toile signée en bas à droite. Dim.: 46x55cm
https://www.ader-paris.fr/lot/2182/512640?
etretat.jpg
seine.jpg

calme.jpg
https://www.beaussant-lefevre.com/lot/911/455432?offset=200&
attelage.jpg
Attelage
bord-mer-cahours.jpg
e 55 x 38 cm Signé en bas à gauche
retour-cahours-maurice.jpg
Le retour du pêcheur" Huile sur toile marouflée sur carton, signée




barque-cahours-henry-maurice.jpg

Henry Maurice CAHOURS (Paris, 1889 - Cagnes-sur-Mer, 1974)


1


                   Liens Internet.  cliquez sur l'image.
http://www.facebook.com/media/set/?set=a.442387382450498.95432.205109899511582&type=3
Cahours henry maurice sur facebook
charette-cahours.jpg
eglise-cahours.jpg
ou sur le BLOG:
http://antiquairemarine.blogspot.fr/2013/06/cahours-peintre-officiel-de-la-marine.html
b-cahours-henry-maurice.jpg
maree-cahours.jpg
vente d'oeuvres de Cahours
http://www.artnet.fr/artistes/henri-maurice-cahours/r%C3%A9sultats-de-ventes
port-maurice-cahours.jpg
quai-cahours.jpg
http://www.roussard.com/artistes/nouveaux/cahours.html


cahours-lienhttps://www.frenchartcollection.com/fr/impressionnisme/558-maurice-cahours-l-entree-de-la-ville-medievale-port-maritime-de-concarneau-bretagne-france.html rues-cahours.jpg
chalutiers-cahours.jpg
http://www.artnet.fr/artistes/henri-maurice-cahours/


cahors_lienhttp://www.artnet.fr/artistes/henri-maurice-cahours/
port-henry-cahours.jpg

cahours_-lienhttp://www.roussard.com/artistes/nouveaux/cahours.html
attelage-.jpg
Estimation : 400 - 600 €
Henri Maurice CAHOURS (1889-1974) "L'attelage, chemin près du village" aquarelle sbd
douanenez-cahours.jpg
Estimation : 400 - 600 €
Henri Maurice CAHOURS (1889-1974) "La route de Poullan, baie de Douarnenez" aquarelle sbd
                                    bibliographie
cahours_livre
cahours-livre.jpg
PARIS, L'Artiste 1950 - Album in-folio en ff. sous couv. rempliée (défr.) - E.O., Tirage unique à 160 ex., tous sur pur fil du Marais, N° 75 - Seulement 4/16 eaux-fortes (85 x 105 mm) , mais bien completet de l'aquarelle originale - Préface & poésie 8 pages CAHOURS :  un petit dessin (Henry Maurice CAHOURS (1889 - 1974).‎ ‎Henri Maurice CAHOURS, Peintre. Paris, 1889, Cagnes-sur-Mer, 1974.Fréquenta les Beaux-Arts dAmiens, après la guerre 14/18,il commença ses séjours à Douarnenez.Participa au Salon des Artistes Français en 1920, en 1922 au Salon des IndépendantsIl exposa dans de nombreuses villes de province jusquen 1942, année du décès de sa femme,Au Salon des Indépendants de 1928, il exposa deux uvres les Brûleurs de goémon (Notre-Dame de la Joie), et Bénédiction de la mer à Douarnenez, dans celui du Salon des Artistes Français en 1930,il présenta deux vues de Pouldavid. Peintre dans la lignée de Marquet, il sétait consacré aux marines bretonnes .Cahours a gravé à leau-forte 16 planches, réunies en un portofolio, sous le titre de Breiz-Izel (Basse Bretagne), pour lequel Marcel Aymé écrivit un texte qui se termine par Lauteur a su mettre dans ses eaux-fortes lamour et la sensibilité quon trouve déjà dans ses toiles, avec tout ce que la gravure permet à un artiste authentique dapporter de délicatesse et de fini
100 - 200 EUR

Breiz-IzelPortfolio avec une aquarelle originale de HM Cahours, préface de Marcel Aymé, Poeme de Jean Vertex, 1950, (usure sur le portfolio)

cahours-livres



cahours-google.jpg